AventureHIVER

Caché aux Deux Alpes, l’hiver nous préparait en secret de merveilleux souvenirs

Mis à jour le 23 avril 2020

Lassés d’attendre que l’hiver arrive, nous avons décidé de partir à sa recherche. Pour nous donner un maximum de chances de le trouver, nous sommes montés au plus haut et au plus près de chez nous. Voici le récit d’une quête qui nous a menés jusque sur le glacier des Deux Alpes où l’hiver s’était caché pour se préparer en secret à se montrer sous ses plus beaux jours.

Quand les arbres n’ont plus eu la force de retenir leurs dernières feuilles et qu’on a compris qu’on glissait doucement vers l’hiver, on a soudain ressenti une grande envie de froid et de neige. Une fois ou deux, l’hiver est venu. Timidement, il a posé, ici et là, une petite touche de blanc du bout de son pinceau sur les sommets les plus hauts. Mi novembre, il est même presque descendu jusque dans les rues de Grenoble. On a alors pensé qu’il allait débarquer et s’installer d’un coup chez nous, comme en forçant la porte façon coucou c’est moi ! Sauf qu’on l’avait déjà vu faire ça, alors on s’y est préparés. On a mis les pneus neige et sorti les pelles. Puis on a attendu.

On a attendu, mais il n’est pas revenu. Lassés, on est montés le chercher en moyenne montagne. Pour le motiver à venir, on l’a même invité à déguster une raclette dans une cabane en forêt. Il n’a pas décliné, mais malgré toute notre envie de s’attarder un moment avec lui, il est parti vite, juste après le dîner. Alors on a compris qu’on ne le verrait peut-être plus cette année. Et on s’est dit qu’on ne pouvait pas se passer de lui… Février touchait en effet à sa fin et nos chances de le retrouver devenaient de fait de plus en plus minces. Du coup, on est partis à sa recherche.

Prendre la route pour trouver l’hiver aux Deux Alpes

Notre quête nous a mené exactement à 64 km de Grenoble, dans le massif des Ecrins. En effet, puisque l’hiver a décidé de ne pas descendre, nous allons monter le plus haut possible et le plus proche de chez nous. Et c’est donc aux Deux Alpes que nous nous sommes rendus. Le domaine de la station s’étend de 1650 m à 3600 m car il comprend l’un des plus grands glaciers skiables d’Europe. Et celui-ci est particulièrement accessible, même aux débutants. C’est donc un endroit idéal pour faire découvrir la haute altitude à nos enfants.

Comme beaucoup de Grenoblois, on connaissait bien cette station pour l’avoir souvent fréquentée durant nos études. Mais à présent devenus parents et préférant les destinations plus sauvages et isolées, on n’avait pas encore pensé à y aller en famille. Jusqu’à ce qu’on se dise que là haut, au moins, on pourrait essayer de faire toucher la neige aux enfants… avant que ce ne soit plus possible du tout.

Une fois aux Deux Alpes, l’hiver a du être sensible devant notre acharnement à essayer de le voir puisqu’il n’a pas mis longtemps à se montrer… Le soir même de notre arrivée, il s’est mit à neiger. Et dès le lendemain matin, en ouvrant les volets de notre petit appartement à l’Alpe de Venosc, le décor était planté. Nous avons pris notre petit déjeuner en silence face au plus bel écran qu’il nous ait été donné de regarder : la baie vitrée.

Accepter les règles de l’hiver et jouer son jeu

L’hiver change vite en altitude, mais peu importe. Il est chez lui, à l’aise. Il joue avec nous comme si nous étions des Playmobil et se moque bien de notre météo. Ha ils annoncent de la neige ? Et bien moi je dis qu’il fera beau ! Ho ils pensent que le beau temps va durer ? Alors hop, tout devient blanc ! Du coup, on accepte ses règles. Il ne s’agirait pas de le vexer. Puisqu’on ne reste qu’une semaine avec lui, on décide de lui faire honneur et de skier tous les jours, quelque soit ce qu’il nous propose. De toutes façons, le paysage qu’il dessine pour nous est sublime, alors on ne va pas se plaindre. Et si on a des flocons plein les dents, c’est parce qu’on est vraiment heureux.

Imprimer nos rétines du panorama sur les Alpes

On skie, on rit, on profite à fond. On s’en met plein les yeux et on se crée ainsi de merveilleux souvenirs. Nos enfants sont surpris de ressentir le poids de leurs pas à cause de l’altitude lorsqu’on s’approche du belvédère des Ecrins sur le glacier. Notre benjamin est fier d’être monté aussi haut. Il dit qu’il va le raconter à tous ses copains.

©Luka Leroy / OT Les Deux Alpes

On profite de la neige pour faire des traces en poudreuse. On s’arrête régulièrement pour regarder les montagnes qui s’étendent à perte de vue. Et puis tout à coup, c’est le graal lors d’une pause en bord de piste face à la Muzelle... Deux gypaètes immenses et sublimes, planent juste au dessus de nos têtes. Ils se suivent en longeant les cimes, nous offrant un superbe spectacle qu’on n’est pas prêts d’oublier. On les observe un moment. Ils sont suffisamment prêts pour que l’on distingue leurs couleurs qui s’harmonisent parfaitement avec ce camaïeu de blancs et de gris autour. C’est un cadeau inestimable que nous offre l’hiver aux Deux Alpes

Retrouver l’hiver sauvage juste autour des Deux Alpes

Et quand la journée de ski est passée, on emmène le chien en balade autour de la station. Lui aussi adore l’hiver, c’est même sa saison préférée. Il bondit dans la neige, comme un kangourou, trop heureux de marquer ce paysage vierge et étonnamment sauvage qui entoure notre chalet. Il se roule, part à fond en courant, fait brusquement demi tour, enfoui son nez sous la poudreuse, gratte et se régale des boules de neige qu’on lui lance. C’est un bonheur de le voir si heureux couvert de paillettes givrées.

Quant à nous, on est euphoriques. On fait 3000 photos, pour ne rien oublier, être sûrs de ne rien laisser derrière nous de cette semaine fabuleuse. Puis, pour parfaire ces vacances exceptionnelle de ski, on se retrouve autour d’une bière et d’un bon chocolat chaud au Chamois Lodge.

©Luka Leroy / OT Les Deux Alpes

Le dernier soir, en dégustant une fondue ou un burger au Trappeur, on se remémore chaque moment. Et comme de tradition chez nous, on fait le bilan. Aux deux questions habituelles que je pose alors à tous autour de la table : quel est le meilleur et le moins bon souvenir que vous avez gardés de ces vacances… Aucun d’entre nous ne peut répondre à la deuxième.

Mini guide pratique

Vacances d’hiver aux 2 Alpes en famille

Forfaits de ski :

Commandez votre forfait ou rechargez le en ligne (ça marche aussi avec les cartes magnétiques que vous avez pu acheter dans d’autres stations et que vous avez gardées). Tarifs et reservations ici.

Hébergements :

En hiver, les Deux Alpes proposent un large panel d’hébergements, il y en a pour tous les budgets. Du sublime Chalet Mounier, un hôtel 4 étoiles, aux petits chalets individuels en passant par les appartements de toutes tailles que l’on trouve habituellement en station. Nous concernant, on a loué un appartement dans un chalet tout au bout de la station à l’Alpe de Venosc. À vous d’étudier le plan de la station. Vous trouverez ainsi le logement qui conviendra le mieux à vos attentes (proximité des remontées mécaniques, situation vis à vis du centre, magasins etc…) Au besoin, contactez Les Deux Alpes reservation ou l‘Immobilier des Alpes qui vous conseilleront.

Matériel :

Vous trouverez de nombreux magasins de ski partout dans la station. Nous sommes passés par le magasin Jacques Sport dans lequel nous avons été très bien reçus. L’organisation est au top pour accueillir avec efficacité le flot de clients qui débarquent le samedi.

Activités hors ski :

Balades, patinoire, bowling, restaurants… Vous pouvez également monter à pied sur le glacier pour rejoindre le belvédère des Ecrins, visiter la grotte de glace ou retrouver votre famille pour déjeuner dans l’un des nombreux restaurants sur les pistes.

Manger :

Sur les pistes, on a été très bien accueillis et on a bien mangé à La patache. En station, l’offre est large. Du restaurant étoilé Le p’tit Polyte du Chalet Mounier au Trappeur dans lequel vous dégusterez les spécialités montagnardes (ou des bons burgers maison) dans une ambiance super conviviale, il y en a pour tous les goûts et tous les budgets.

Merci :

À l’Office du Tourisme : Eric pour tout, Luka pour les photos de la famille, le nom des sommets et ses conseils de ski à Fantin, Cédric pour ses images vidéo, sa patience et sa gentillesse avec chacun de nous.

Aux commerçants des Deux-Alpes pour leur accueil : au magasin Jacques Sport pour le matériel de ski, aux filles de l’agence Immobilier des Alpes pour leur disponibilité et leurs sourires même aux heures d’affluence des arrivées...

Merci surtout à l’hiver de nous avoir autant gâtés avant de nous envoyer le Coronamachin… Petit joueur va, tu nous en fais voir de toutes les couleurs cette année !

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.