Idées & Conseils

Comment voir des animaux sauvages en France

Le lynx, seigneur de la forêt

Article mis à jour le

Même sans être un naturaliste aguerri, observer des animaux sauvages dans leur milieu naturel n’est pas chose impossible lorsqu’on connait et que l’on respecte certaines règles. La première est d’accepter qu’en pleine nature, nous ne sommes qu’invités. En effet, le spectacle n’a lieu que si les acteurs le veulent bien…

Toutes les photos d’animaux de cet article ont été prises par Fred en milieu naturel, sans appâts ni trucages. Certaines d’entre elles résultent de plusieurs années de recherches sur le terrain. Aucune n’est libre de droit.

Pour augmenter les chances de voir un animal sauvage dans son milieu naturel, il faut d’abord s’intéresser à lui. En effet, comme vous, les animaux ont des territoires, des habitats et des habitudes qu’il vous faut apprendre à découvrir. Et oui, ils ont beau vivre en liberté, leur monde aussi est règlementé. Pour obtenir des indices sur les endroits où chercher les animaux que vous voudriez voir, interrogez vous sur leurs modes de vie, ce qu’ils mangent et où ils dorment. Pour cela, il existe tout un tas de livres qui vous permettront de vous renseigner sur les espèces qui vous intéressent. 

Chercher les indices de présence animale

Les animaux laissent des empreintes dans les sols mous comme la boue, mais aussi le sable ou la neige. En balade, amusez-vous à repérer les indices de présence animale en lisant les passages boueux, les abords de mare. Attention de ne pas marcher au milieu pour ne rien effacer des empreintes qui s’y trouvent. Selon leur forme, vous pourrez identifier l’animal qui les a laissées. Sur le terrain, nous emmenons un super outil, l’éventail à empreintes. Les enfants adorent l’utiliser pour identifier les empreintes qu’ils trouvent.

Si vous regardez bien autour des empreintes, vous trouverez également certainement d’autres traces de leur présence : crottes, plumes, poils, pelotes, troncs grattés, traces de boue sur les arbres, terre remuée, sentes, galeries… En fait, des indices de présence animale, il y en a partout.

Se camoufler dans la nature

S’il est si difficile de s’approcher des animaux, c’est parce qu’ils perçoivent les humains comme des prédateurs. Ainsi, aussi étonnant que cela puisse paraitre, un chevreuil ne s’enfuira pas à l’approche d’un renard ou à la vue d’une voiture, mais il détalera sur le champ s’il voit quelqu’un en sortir.

Pour s’approcher au plus près des animaux, il faut donc se vêtir avec des couleurs proches de celles de la nature. Les tenues camouflages permettent de casser la silhouette humaine aux yeux des animaux. Cependant, en période de chasse, évitez de vous camoufler totalement pour aller observer les animaux en forêt. Cela pourrait être très dangereux pour vous. Ce sont les parties orange fluo ajoutées dans leurs tenues camouflage qui permettent aux chasseurs de s’identifier entre eux. En effet, le orange est perçu comme une couleur terne par les mammifères comme le sanglier. Et en hiver, pour observer des animaux dans la neige… et bien habillez-vous en blanc !

Approcher lentement en silence

Marchez lentement, en choisissant de poser vos pieds sur les zones les plus molles du sol. Eviter les feuilles sèches, les branchages ou tout ce dont les craquements trahiraient immédiatement votre présence. Mais le plus important, lorsqu’on veut voir des animaux, est de se taire absolument et de ne communiquer que par signes. Les animaux ont, en effet, une ouïe bien plus fine que la nôtre.

Depuis qu’ils sont tout jeunes, nos enfants nous suivent dans nos explorations. Ils ont pris l’habitude à présent de se taire dans la nature et de se déplacer en faisant le moins de bruit possible sans qu’on ait besoin de le leur demander. C’est comme un réflex. Et entre nous, c’est aussi un bon moyen d’apaiser les tensions quand ils se bataillent à la maison. Et hop, une petite virée dans la nature et on n’entend plus personne ! L’observation des animaux est une école de la patience. Sauf un gros coup de chance, elle ne peut pas se faire dans la précipitation.

Entre nous : Il nous est arrivé d’avoir ce gros coup de chance. Un soir d’automne, nous rentrions en voiture sur une petite route forestière dans le Jura. Il faisait déjà nuit. Nous sommes tombés face à deux jeunes lynx avec leur mère. Ils venaient tout juste d’attraper un chevreuil. Nous avons pu les observer un long moment en train de manger la carcasse à quelques mètres de nous avant de nous décider à les laisser tranquilles.

Rester sous le vent

Dans la nature, notre odeur alerte très vite les animaux qui nous craignent. Si vous voulez avoir une chance de voir des animaux sauvages, évitez donc le parfum, l’anti-moustiques et tout ce qui pourrait alerter les sens olfactifs surdéveloppés des bestioles autour de vous. Pour des raisons évidentes, afin d’éviter de vous signaler, vous devez donc vous déplacer dans le sens contraire au vent. Cela signifie que l’approche d’un animal peut prendre parfois plusieurs heures. Dans l’idéal, si vous savez où il se trouve parce que vous l’avez aperçu de loin ou que vous l’avez entendu, vous devez d’abord prendre la direction du vent et déterminer ensuite votre itinéraire en fonction de celle-ci pour l’approcher. Il vous faudra parfois faire de gros détours…

Observer les animaux

Si vous débutez dans l’observation, il y a peu de chances pour que vous puissiez vous approcher très près des animaux. En général, c’est parce que vous sous estimez leur capacité à détecter votre présence et qu’ils vous ont repéré avant vous. Si chaque espèce accepte de se laisser approcher jusqu’à une certaine distance qui lui est propre, cela dépend pour elle de sa rapidité à fuir. Pour les animaux, il s’agit de survie. Pour approcher au plus près des animaux sauvages, il faut donc procéder par étapes. Avancer à couvert et sous le vent, attendre que la vigilance de l’animal retombe, avancer de nouveau de quelques pas, etc…

Depuis toujours, nos enfants nous accompagnent dans nos observations. Ils ont pris l’habitude de se déplacer lentement et en silence pour approcher les animaux au plus près.

Pour maximiser les chances de voir des animaux sauvages, restez à distance et utilisez des jumelles bien lumineuses. Les jumelles sont un outil indispensable pour repérer et observer des animaux. En effet, c’est souvent à l’aube ou au crépuscule qu’il se passe le plus de choses. Guettez les lisières de forêt, il n’est pas rare d’y voir des chevreuils brouter dans les champs. Si vous repérez les mêmes animaux, aux mêmes heures et aux mêmes endroits les jours suivants, il y a des chances pour que vous puissiez les approcher. Les sentes sont aussi un bon indice de présence animale. Ce sont les passages que les animaux tracent dans la forêt pour circuler. Si vous restez caché à proximité et que vous attendez en silence, vous avez des chances de voir passer un ou plusieurs animaux sur la sente.

L’affût est une technique qui vous permettra de les observer de plus près et plus longtemps sans les déranger. Pour cela, il vous faudra revenir à cet endroit mais en ayant pris soin d’arriver plus tôt dans l’après-midi. Cela vous laissera le temps de vous cacher. Vous n’avez pas forcément besoin de matériel. En vous asseyant contre un arbre ou un rocher ou si vous vous allongez derrière un buisson, votre silhouette ne sera pas détectée par les animaux. Par contre, il ne faut pas bouger.

Si vous voulez être un peu plus à l’aise, vous pouvez poser une petite tente ou vous couvrir avec un filet camouflage. Vous pouvez même fabriquer un abri avec des branches et du feuillage. Pensez surtout à vous positionner afin de ne pas être dans le vent par rapport à l’endroit où vous pensez voir sortir les animaux. Une fois installé dans votre affût, il faudra attendre plus ou moins longtemps. Parfois, il vous faudra attendre très longtemps et souvent pour rien. Vous ne devrez pas faire de bruit ni bouger pour que les animaux ne perçoivent pas votre présence. C’est ainsi que les photographes animaliers parviennent à prendre de jolies photos.

Écouter les animaux

Ce n’est pas forcément évident de les différencier quand on ne connait pas le cri des animaux. Il existe des enregistrements qui permettent d’apprendre à les reconnaitre. Parfois, ils ont des cris très surprenants.

Entre nous : me concernant, il a fallu que je rencontre Fred pour qu’il m’explique que les aboiements que j’entendais parfois dans la forêt n’étaient pas ceux d’un chien, mais bien ceux d’un chevreuil surpris ou inquiet qui alertait de ma présence !

Chaque année entre le 15 septembre et le 15 octobre environ, c’est le brame du cerf. A cette période, pendant laquelle le cerf est en rut, on entend son cri raisonner dans toute la forêt. L’automne est aussi une période qui s’annonce pleine d’aventures et de découvertes dans une nature encore plus sauvage vêtue de jolies couleurs flamboyantes. Ecouter les cerfs est souvent l’occasion, pour nous, de soirées sauvages en famille et de sensations fortes dans la nuit comme dans cette petite vidéo, tournée l’an dernier.

Quels animaux voir

Dans la montagne

Le terrain montagnard est propice au camouflage de certaines espèces qui sont passées maîtres dans l’art. C’est le cas des hermines, lagopèdes ou lièvres variables dont le pelage ou le plumage change de couleurs pour s’adapter aux saisons. Si ces animaux sont très difficiles à voir pour ceux qui ne sont pas renseignés et préparés à les trouver, d’autres sont beaucoup plus accessibles. A commencer par la marmotte, les mouflons, les chamois et les bouquetins que vous apercevrez sur les flancs rocailleux et les alpages.

Que voir : Vautours, gypaètes, aigles, marmottes, bouquetins, chamois, mouflons… et plus difficiles à voir : hermines, lagopèdes, lièvres variables, tétras, loups…

Dans la forêt

Il est souvent opportun de tomber sur un animal sauvage dans la forêt au détour d’un chemin. La silhouette d’un sanglier qui traverse une allée à toute vitesse ou les fesses d’un chevreuil qui disparait en quelques bonds sont des images que beaucoup d’entre nous ont pu voir au cours d’une balade en forêt. En revanche, observer longuement des animaux en forêt sans être vus par eux peut sembler plus difficile. La forêt est en effet un territoire dense dans lequel on se fait aisément remarquer.

Que voir : Chevreuils, cerfs, oiseaux, blaireaux, martres, sangliers, écureuils, rongeurs… et plus difficile : lynx

Dans la campagne

Regardez bien, le soir, à la lisière des forêts. Les animaux sortent des bois à la tombée de la nuit. Vous pourriez voir des chevreuils, cerfs ou biches. Au milieu des champs, il n’est pas rare non plus de voir des renards qui se baladent truffe collée au sol à la recherche de nourriture. Et si vous avez lu cet article, vous savez à présent qu’il y a de fortes chances pour que vous les revoyez souvent aux mêmes endroits.

Que voir : renards, Sangliers, cerfs, chevreuils, chats sauvages…

En mer

Beaucoup d’animaux marins sont visibles également en France. Mais comme pour les oiseaux, cela mériterait plus qu’un article rien que pour ce sujet. Pour notre part, nous avons eu la chance d’apercevoir des dauphins et des rorquals communs lors de traversées France – Corse en ferry en été. Nous adorons également parcourir les sentiers marins qui nous permettent de découvrir la faune et la flore aquatique de Méditerranée avec masques et tubas. Par contre, on n’a pas encore vu les les phoques de la Baie de Somme. ..

Et les animaux semi sauvages…

Les Pottoks basques sont des poneys rustiques qui vivent en liberté dans les massifs de la Rhune, de l’Artzamendi, du Baïgura et de l’Ursuya. Ils se laissent assez facilement approcher mais plus rarement toucher. Les marmottes du Lauvitel ou du sentier des marmottes dans le Queyras sont tellement habituées à l’hommes qu’elles se laissent approcher facilement. Il ne faut pas nourrir ces animaux afin de ne pas les dénaturer.

Voir des animaux sauvages depuis sa voiture…

C’est possible ! Et surtout si vous habitez à la campagne. Les animaux sont bien souvent moins inquiétés par une voiture que par une silhouette humaine. Si vous faites un petit tour en voiture à la tombée de la nuit, guettez les lisières des bois et les champs. Vous y verrez à coup sûr des chevreuils, renards, sangliers ou chats sauvages à la recherche de nourriture.

Il existe encore bien d’autres animaux dans la nature que l’on peut voir facilement. Les insectes et les batraciens en font partie et sont tout aussi passionnants à observer. Observer les animaux sauvages est une belle aventure à vivre en famille avec des enfants. Le monde sauvage est à portée de celui qui apprend à le voir et à le respecter. Et ces valeurs de respect sont parmi les choses les plus précieuses à transmettre à nos enfants.

Tags:
%d blogueurs aiment cette page :